Colloque

Au risque et péril de l’art, séance au Congrès de l’Association d’art des universités du Canada (UAAC/AUUC), organisée par Mélanie Boucher et Marie Fraser.

 

Il peut sembler contradictoire, voire surprenant d’imaginer que les musées puissent soumettre leurs collections à de possibles dangers, que ce soit à des fins de connaissance, d’exposition ou de diffusion. Si les guerres et autres conflits ont mené à des gestes sans précédent, très souvent en réponse à une volonté d’appropriation ou de destruction culturelles, aujourd’hui il semble que la prise de risque interpelle autant des évènements politiques qu’elle cherche à créer ou à réactualiser l’évènement. Cette séance propose de réfléchir à ce péril annoncé auquel certains musées soumettent ou ont soumis les œuvres de leurs collections. Comment opère la notion de risque sur l’œuvre, comment affecte-t-elle son interprétation, son histoire dans une histoire de l’art séparée des évènements politiques? Et comment s’articule cette double appartenance, à un danger qui est non seulement subit, mais qui peut également être provoqué? S’agirait-il d’une nouvelle stratégie d’exposition des collections ou d’une nouvelle approche visant à créer des liens entre l’art et les évènements politiques? La présentation récente d’une œuvre de Picasso en Palestine réveille à cet effet des cas plus anciens, comme les dernières circulations de la Joconde ou, encore, le programme Picture of the Month, initié par la National Gallery à Londres durant la Seconde Guerre mondiale. Chacune des communications aborde un cas singulier de mise en péril et invite à réfléchir à cette relation « nouvelle » de la collection au danger.

 

Avec les contributions de:

Elsa Guyot, Doctorante, Université de Montréal et Université Paul-Valéry Montpellier 3

« La Tapisserie de Bayeux : l’original menacé, la reproduction au musée. Retour sur l’histoire mouvementée d’une œuvre canonique du Moyen Âge pendant la Seconde Guerre mondiale »

 

Viviane Gautier-Jacquet, Doctorante, Université de Montréal

« L’art pour la postérité ou l’art pour aujourd’hui ? »

 

Geneviève Chevalier, Stagiaire postdoctorale, Université du Québec en Outaouais

« As Much as Possible Given the Time and Space Allotted : la sélection compulsive. Performer la mise en exposition des œuvres de la collection permanente »